• Les Z'ombres...




    PICT0028



    PICT0012

  • Le concert est passé, la pression est tombée.

            A mon grand regret, je n'ai pas eu le son que je voulais. Les "pros" du son m'ont un peu bâclé pour ne pas toucher aux réglages qu'ils avaient programmé pour le groupe vedette.fender-stratocaster

         J'ai eu une appréhension à partir du moment ou je n'ai pas pu jouer sur l'ampli Fender qui convenait le mieux à ma prestation. Il était réservé exclusivement "par contrat" au soliste d'After Night.

        Non seulement je ne passais pas suffisamment dans les retours (ou bien mes collègues de la rythmique et de la basse passaient trop fort ?) mais les copains dans la salle, d'autres musiciens, ne m'entendaient pas au-dessus de l'orchestre. Un comble pour un Guitar Leader qui  joue du Shadows où la mélodie est prépondérante. Enfin, passons. C'était une petite leçon. J'adapterai mes exigences s'il y a une prochaine fois avec ce sonorisateur.
            Dommage car j'étais à l'aise et j'aurais certainement eu un jeu plus coulé si je n'avais dû tirer comme un veau sur mes cordes.

    Petit aperçu du programme :

    Riders in the sky

    Rise and Fall of Flingel Bunt

    The stranger

    Kon Tiki

    Sleepwalk

    F.B.I.

    Geronimo

    Peace Pipe 

    Atlantis

    Apache

    Dès que les photos seront développées, je présenterai mes collègues musiciens. 

  • Le concert approche.

            Je n'ai plus écrit depuis longtemps. Shame on me. Difficile de récupérer de cette satanée bronchite. Me sentais  un peu comme un sac de sable.

            Surtout eu des journées bien occupées. Avant et après mon anniversaire. Recevoir et être reçu. Quand on est né un vendredi 13, il faut assumer. Et une semaine de travail au CERAN à Spa. Brainstorming intensif tous les matins, de 9 à 12h30, en anglais, cela va de soi. C'est récurrent pour la mémoire et la prof que je "testais" est sympa et compétente. C'est une Irlandaise, Fiona, bien en chair, rousse, et de nature gaie (pas gay).

            C'est  la huitième fois que je vais au CERAN faire ce qu'ils appelent le Guinea Pig (cobaye).

            Et le reste du temps, entraînement guitare. J'en ai tellement joué que j'ai dû arrêter  3 jours pour cause de tendinite  au pouce gauche ! Pu vî, pu sot ! Nonobstant, je suis assez content d'avoir récupéré mais j'avoue que j'ai un peu le trac. Après plus de 20 ans sans être monté sur les planches, faire la première partie d'un concert en tant que soliste ! Joseph, ne m'encense pas d'un com élogieux, svp.!

     

    	Hier Coco a eu 38 ans et Bibi en aura 37 demain ! Bon anniversaire
    mes "petites" filles. Le temps passe si vite.

     

  • Le retour de Guy Taris

            Je suis enfin débarrassé ce cette bronchite qui m'a cloué à la maison pour ne pas dire au lit pendant deux bonnes semaines. Il ne doit plus me rester grand chose comme poumon. J'ai perdu presque trois kilos. Au fait, ça pèse combien un poumon ? Pas trois kilos, quand même...

            Ca m'a permis de répéter plus encore que d'habitude : minimum 3 heures par jour. Et le répertoire se met au point. Faut que le grand retour soit réussi. Mais avant tout que j'y prenne du plaisir, ce qui est le cas. La pédale que j'ai achetée sur ebay est trop sophistiquée, a trop de boutons. Je vais donc la remettre en vente et entretemps, je m'en suis procuré une autre. Plus simple et de qualité supérieure. Mais faut recommencer tous les réglages, comme si je n'avais que cela à faire ! Ben, je n'ai QUE cela à faire !

            Aujourd'hui, un seul coup de fil de toute ma journée. Heureusement que la solitude ne m'effraie pas. Il est vrai que je n'en ai pas donné non plus.  En plus, je suis en froid depuis 8 jours avec ma vieille copine I. Elle s'efforcait de me convaincre de manger du miel à la cuiller, vous vous rendez compte ? C'est un prétexte.

            J'ai horreur de la vie reglée comme sur du papier à musique sans jamais aucune surprise. Vous me direz, c'est un comble pour un musicien ! Et en réalité, c'est pas vraiment une tare non plus. Mais ça m'ennuie profondément et en ponctuant tout d'un petit rire... ben ça m'enerf encore plus.

            J'ai toujours trouvé très péjoratif qu'on dise : oui, mais elle est si gentille... c'est presque conclure que ça en devient un défaut. Enfin, moi, je ne dois pas l'être, gentil.

            Et puis tant pis.